Le document préparatoire UEPAL - courte présentation (Jürgen Grauling)

11/05/2015 16:57

Courte présentation du document préparatoire de l'UEPAL, disponible à cette adresse : http://acteurs.uepal.fr/uepal/actualites/benediction-de-couples-maries-de-meme-sexe

Faut-il bénir les couples homosexuels ? (Jürgen Grauling)

Le Conseil Plénier de l’UEPAL vient de publier un « document préparatoire au débat portant sur la bénédiction de couples mariés de même sexe », rédigé sous la plume de Bettina Schaller, pasteure, et Karsten Lehmkühler, professeur d’éthique. Ce papier de 34 pages fait l’état des lieux en vue d’une décision fin juin au sein de l’Assemblée de l’Union (parlement de notre union d’églises) et doit susciter des échanges sereins dans tous les lieux d’Eglise, qui sont appelés à envoyer leurs réactions jusqu’au 30 avril.

Où en sommes-nous ?<

Le point de vue actuel de l’UEPAL est défini par une prise de position des Eglises Luthéro-Réformées de France (CPLR) de 2004, issue d’un débat provoqué par l’instauration du PACS en 1999.

Ce document avait encouragé l’accueil inconditionnel des personnes homosexuelles dans nos paroisses, formulé une réticence pour le ministère des pasteurs homosexuels et refusé un rite de bénédiction pour les couples pacsés homosexuels pour ne pas « entretenir de confusion ».

Dix ans plus tard, le vote de la loi sur le « mariage pour tous », la présence effective de pasteurs homosexuels dans nos Eglises et l’expérience d’un geste liturgique possible pour couples de même sexe au sein de la Mission populaire appellent l’UEPAL à reconsidérer son positionnement.

Comment répondrons-nous aux couples mariés homosexuels qui s’adressent aux paroisses pour « demander la bénédiction de Dieu pour un projet de vie commune « sous son regard », dans la foi » ?

« Pour qu’émerge une parole que nous pourrons assumer ensemble »

Les auteurs prônent l’obtention d’un « consensus large » au sein de l’Assemblée de l’Union, qui est souveraine en la question, même si sa décision tiendra compte des remontées de la base. Pour cela, il faut que ce consensus puisse mûrir et finir par se dégager de lui-même à travers le vote final.

Trois cas de figure :

1)      Le vote fait apparaitre une indécision, sans majorité claire. Il s’agit alors de maintenir provisoirement le statu quo de 2004, tout en continuant la réflexion sur le sujet.

2)      Un consensus large se prononce pour le maintien de la position de 2004, qui sera alors actée à moyen terme. Dans ce cas, il faudra réfléchir à la manière dont nous accompagnerons les couples de même sexe à l’avenir.

3)      Une majorité se dégage pour la possibilité d’un accompagnement liturgique des couples mariés de même sexe.

a.       Dans ce cas, il faudra décider s’il est considéré de la même manière que la bénédiction nuptiale actuelle

b.      ou s’il faut instaurer un geste liturgique spécifique.

 

« Rendre possible le débat »

Bettina Schaller et Karsten Lehmkühler tentent de faire l’inventaire des textes bibliques cités dans ce débat, ainsi les arguments des deux camps qui s’opposent : « A l’heure du choix, ces approches espèrent seulement refléter globalement deux points de vue, afin de rendre possible le débat. Cela, même si une certaine complexité persiste et que le document préparatoire peut difficilement reproduire le débat dans sa réalité vivante, dans le mouvement de l’échange.

Dans le souci des personnes et de l’Eglise

Beaucoup, enfin, ont à cœur à la fois le souci des personnes à orientation homosexuelle – et le souci de l’Eglise. L’objet du débat met en pleine lumière les différentes conceptions, voire des tensions :

-          selon les uns, l’Eglise a vocation à accompagner les évolutions sociales – afin d’être auprès des hommes, tels qu’ils sont,

-          selon d’autres, l’Eglise porte un message qui l’amène à tenir une posture critique face à certaines évolutions sociales – entendant préserver la dimension prophétique de la Parole.

Les uns et les autres partagent le sentiment de vivre un moment historique pour les Eglises de la Réforme en France. » (page 22)

Deux chapitres essaient de susciter le dialogue et la compréhension de l’autre :

-          Ce que nous pouvons dire ensemble (pages 22-24) : l’accueil sans réserve des personnes, l’homosexualité n’est pas une maladie, l’importance de la différenciation, la rareté des textes bibliques traitant de l’homosexualité, l’Eglise lieu de réconciliation, la compréhension de la bénédiction

-          Les divergences (pages 24-29), présentant successivement les arguments en faveur et en défaveur de la bénédiction pour les couples de même sexe.

 

Précédent

Rechercher

© 2015 Tous droits réservés.