Votre pasteure révèle qu'elle est homosexuelle et souhaite vivre avec sa partenaire au presbytère ... Et maintenant ? (Jürgen Grauling)

11/05/2015 17:32

20 août 2014, 18:08

de J. Grauling, 20 août 2014 - à l'occasion du coming out de Vicky Beeching

 

Il y a la théorie et il y a la pratique.

Le récent débat ecclésial autour du "mariage pour tous" et plus précisément, au sein des Eglises protestantes de France, l'UEPAL et de l'EPUdF, le débat sur l'instauration ou non d'un rite de bénédiction pour les couples mariés de même sexe ont donné lieu à des prises de position souvent tranchées. Elles se sont basées ou sur une interprétation moraliste d'un certain nombre de textes bibliques (interdictions d'actes "homosexuels" dans le Lévitique, Romains ou Corinthiens p. ex., et l'interprétation de Genèse 2, Matthieu 19 et autres du couple monogame hétérosexuel comme seul modèle familial "biblique") ou sur la primauté de l'amour de Dieu et le souci pastoral des personnes LGBT relativisant nombre de préceptes moraux des Ecritures. Je me souviens ainsi d'une déléguée laïque à une Assemblée d'Inspection qui, lors d'un court débat autour du sujet, s'est demandée comment refuser une demande de bénédiction à un enfant du pays - qui plus est maire du village - projetant de conclure un mariage gay ...

La personne en question était catholique, et donc la question ne s'est pas posée concrètement, mais voilà. Dès qu'il s'agit de personnes en chair et en os, confronter la théorie à la pratique ne s'avère pas évidente. Si un proche fait des choix contraires à notre manière de voir, nous nous inquiétons peut-être pour lui, mais nous nous disons "après tout c'est sa vie", et nous l'aimons "malgré tout". Son cas ne met pas forcément notre croyance en péril, nous pouvons nous dire que, après tout, nous avons raison et peut-être un jour notre proche reviendra un jour sur ses idées.

 

Horreur et tremblement : votre pasteure bien-aimée se révèle lesbienne ...

Imaginons : vous êtes un membre engagé de votre paroisse qui est dirigée par une jeune femme pasteur dynamique. Vous l'aimez beaucoup pour sa sensibilté, son énergie, ses idées, ses prédications et ses études bibliques. Au bout de cinq ans, patatras!, elle s'ouvre à son Conseil Presbytéral. Elle lui confie être homosexuelle. Elle dit qu'elle le savait intimement depuis son adolescence, mais qu'elle avait toujours cherché à refouler ses sentiments, en mettant sa foi avant sa vie privée et en prenant la fuite en avant pour se consacrer entièrement à sa relation avec Dieu, ses études et son travail. Aujourd'hui, elle ne veut plus vivre avec ce lourd secret et entend désormais assumer son affectivité tournée vers les femmes. Non seulement cela, elle a rencontré, il y a quelque temps, l'amour de sa vie, compte un jour se marier et s'installer avec sa partenaire au presbytère.

Vous êtes choqué ... Personnellement, vous réprouvez l'homosexualité et vous pensez avoir de bonnes raisons théologiques pour cela. D'autre part, vous n'auriez jamais imaginé une chose pareille de votre pasteure appréciée, vous vous sentez mal à l'aise de ce qu'elle a enduré, mais décidément ne digérez pas qu'elle veuille désormais vivre ouvertement son homosexualité. En plus, vous sentez personnellement déçu, trahi : toutes ces années d'étroite collaboration, l'édification spirituelle que vous avez reçue à travers ses cultes et méditations semblent se couvrir d'une ombre et être remises en question.

Cela vous rappelle étrangement le cas d'un précédent pasteur qui, lui, avait divorcé, ce qui avait été une expérience déchirante pour la paroisse. La direction de l'Eglise lui avait suggéré de changer de poste ... ce qu'il avait fait sans broncher en faisant en plus amende honorable, en reconnaissant qu'il vivait son divorce comme un échec personnel. Les esprits s'étaient calmés et la doctrine du mariage fidèle et indissoluble était sauve !

La situation actuelle est différente : votre pasteure n'entend pas changer de poste. En plus, elle déclare que, après de longues années passées à culpabiliser en pensant que son homosexualté était mal, elle comprenait aujourd'hui que Dieu l'aimait telle qu'elle était. Comment ? N'est-ce pas assez de déclarer qu'elle est homosexuelle, faut-il en plus qu'elle dise que pour Dieu, cela ne pose pas de problème ?

Et maintenant ? Êtes-vous tenté de claquer la porte, de démissionner de toutes vos responsabilités au sein de la paroisse en signe de protestation, voire de créer un groupe de pression pour demander le départ immédiat de la pasteure ? Ou prenez-vous du recul : après tout, vous avez beaucoup reçu à travers son ministère, assurément elle a fait beaucoup de bien, écoutons d'abord ce qu'elle a à nous dire ? Après tout, qu'y a-t-il de grave dans la situation ? La théorie confrontée à la pratique ...

 

Science fiction ?

Et non ! Au risque de vous choquer, il y a actuellement en Alsace-Moselle une dizaine de pasteurs homosexuels au service de l'UEPAL, ce qui correspond tout à fait à la moyenne de 4 à 5% de personnes homosexuelles sur la population française. Seuls deux l'assument publiquement, et au départ pas toujours de leur propre gré ! Les autres gardent le silence, souffrent en cachette et se résignent certainement à ne jamais pouvoir vivre une vie de couple reconnue ... à moins que, hypothétiquement, la postition de leur Eglise et l'opinion publique des fidèles n'évoluent considérablement. Ou à moins de trouver le courage de notre jeune femme pasteur dynamique pour affronter le qu'en dira-t-on et les jugements moraux basés sur une interprétation étroite de la Bible pour assumer et sa foi et son homosexualité.

J'espère qu'un jour une situation telle que je l'ai imaginée plus haut se produira réellement et que la pasteure de l'exemple tombera sur un Conseil Presbytéral exemplaire, à l'écoute et compréhensif, reconnaissant pour tout ce qu'ils ont vécu ensemble lors de leur collaboration.

 

Vicky Beeching, rock-star chrétienne

Cette histoire m'a été inspirée par le cas de Vicky Beeching. Son nom ne vous dit rien ? Moi aussi, j'ai dû me renseigner sur sa personne. Vicky Beeching est une jeune femme anglaise (35 ans), proche de l'archévêque anglican de Canterbury. Elle a fait des études de théologie, anime aujourd'hui des émissions religieuses et de revue de presse dans les médias nationaux britanniques, mais a été surtout connue comme auteure-interprète de musique chrétienne contemporaine avec un succès retentissant au Sud des Etats-Unis (la fameuse "Bible Belt") où elle a mené sa carrière dès la fin de sa scolarité. Vu de France, on a du mal à imaginer la popularité de cette musique cultuelle, très marginale dans le monde francophone. De nombreux musiciens en font leur métier et en vivent plus ou moins confortablement. Toutefois, ce n'est pas qu'un "business". Il s'agit de chansons pieuses, souvent reprises dans les cultes des différentes dénominations ... évangéliques essentiellement. Ainsi, Vicky Beeching a travaillé pendant des années comme worship leader, une sorte animateur musical spirituel des cultes, et a en tant que telle guidé beaucoup d'assemblées (parfois des milliers de fidèles dans les méga-églises) dans la louange et la prière chantante. Plusieurs de ses cantiques sont toujours des tubes. 

 

Un coming-out qui fait l'effet d'une bombe

Même si elle a mis sa carrière musicale entre parenthèses depuis quelques années, suite à un cancer dermatologique autoimmun, et qu'elle est retournée vivre dans son Royaume Uni natal, son coming-out, le 13 août, a fait l'effet d'une petite bombe. Il faut dire qu'elle a minutieusement préparé ce pas : depuis cinq ans, elle y réfléchit, dit-elle, et sans doute a-t-elle eu raison, vu l'ampleur des réactions à laquelle elle devait s'attendre. La sortie du placard - et la levée de boucliers qui s'en est suivie - d'une autre jeune rock-star chrétienne, Jennifer Knapp, quatre ans plus tôt, avait dû lui donner un aperçu de ce qui l'attendait. Au lieu de se contenter d'un communiqué sur son site personnel éventuellement relayé sur Twitter, elle a préféré rédiger son interview-confession avec un grand journaliste et la faire paraître dans un quotidien national, The Independant. Cette interview écrite est suivie de près par un passage au 20 heures de Channel 4, où elle affronte en direct un pasteur US pourfendeur de l'homosexualité, Scott Lively, connu entre autres pour avoir été consulté par le gouvernement ougandais avant la mise en place de sa législation anti-gay. Plusieurs interventions à la radio publique et la production (grâce à la complicité d'un autre quotidien national The Guardian) d'une vidéo-explication complètent le tableau. Ceci dit, ses prises de position récentes en faveur du mariage gay avaient quelque peu préparé le terrain.

 

Témoignage et réflexion

Elle explique que la fervente croyante évangélique qu'elle était découvre avec horreur qu'elle est homosexuelle, lorsqu'elle a 13 ans. Suivant les enseignements qu'elle a réçu, elle essaie de lutter contre ses sentiments jusqu'à se soumettre plus ou moins volontairement à une sorte d'exorcisme pendant un rassemblement de jeunes, pour en sortir profondément perturbée et nullement "guérie". Dorénavant, elle décide de refouler sa sexualité et de se consacrer entièrement à ses études, puis à sa carrière musicale. Tout bascule, lorsque son cancer est diagnostiqué. Souvent causé par un stress intense, Vicky Beeching ne doute pas une seconde qu'il est lié à sa lutte intérieure entre sa sexualité et sa foi. On est en 2008 et elle vient de sortir d'une tournée d'animation musicale de cultes en Californie, pendant lesquels on poussait fortement les fidèles évangéliques à se mobiliser contre la "proposition 8", un référendum en faveur du mariage gay en Californie. Aujourd'hui, elle persiste à se décrire comme évangélique, mais à lire les textes bibliques en tenant compte du contexte historique, et entend désormais se laisser la liberté de vivre une expérience homo-sentimentale et - pourquoi pas - un jour convoler en justes noces gayes. Et elle ne voit pas en quoi cela contredirait sa foi chrétienne. 

 

Réactions

Les réactions ne se font pas attendre, notamment dans les réseaux sociaux, les éditoriaux de plusieurs noms de la blogosphère chrétienne aux Etats-Unis. Comme il fallait s'y attendre, on trouve là les interventions des faucons (militants religieux anti-homosexualité, appels à la repentance, au boycott de ses chansons ...) et des colombes (soutiens inconditionnels de Vicky Beeching ou de la "cause homosexuelle"). Ce qui est intéressant, c'est que V. Beeching, en citant les membres de sa famille ou l'archévêque Justin Wilby, donne voix aussi à ceux qu'on n'entend pas trop, d'habitude : ceux qui - intimement - considèrent l'homosexualité comme interdite par la Bible, mais qui accueillent tout de même la démarche de Vicky avec amour, acceptant ainsi la coexistence de deux théologies contradictoires et a priori inconciliables. Beaucoup de croyants américains ne souhaitant pas se passer des chansons qu'ils ont appris à aimer pourraient faire de même, bien qu'ils restent opposés à l'homosexualité en général. Serait-ce une troisième voie, très Church of England (reine des compromis), pour envisager le côte-à-côte des doctrines diverses ? 

 

Effet domino

Si Beeching a orchestré de telle manière son coming-out, c'est qu'elle cherche - outre à se protéger - à accroître parmi les croyants la compréhension et l'acceptation des personnes homosexuelles et ainsi éviter à tant de jeunes gens de vivre la culpabilité qu'elle a enduré. Elle en est apparemment la porte-parole parfaite : jeune et jolie blonde (selon les standards occidentaux), respectueuse des codes pieux, habituée à s'exprimer avec aisance dans les médias et à donner la réplique face à des attaques, formée en théologie, proche de l'establishment de l'Eglise anglicane, elle a toutes les cartes en main pour aider à changer la donne. D'ailleurs plusieurs jeunes et moins jeunes gens ont eu le courage d'imiter le pas de Beeching, en révélant leur homosexualité à sa suite. 

En France, peu de chances qu'une célébrité religieuse puisse montrer le chemin, tant notre monde protestant y est petit. Toutefois, je ne désespère pas que l'effet domino se produise ici aussi, afin que les consciences évoluent. Nul besoin de célébrités : un peu de compassion et de bon sens suffiront ! Nous ne persuaderons pas les plus hargneux à lâcher les pierres morales qu'ils ont entre les mains. Pour eux, nous sommes des faux prophètes, et aucune compassion, aucun argument, aucun cas concret aussi célèbre, aussi interpellant soit-il n'entamera leur rigorisme à cercle fermé. Faisons toutefois en sorte que leur cercle devienne de plus en plus petit.  

 

 

Pour aller plus loin :

Le résumé en français de "l'affaire" Vicky Beeching, fait par Yagg : http://yagg.com/2014/08/14/vicky-beeching-theologienne-et-chanteuse-chretienne-fait-son-coming-out/

 

En anglais : - L'interview-confession dans The Independant daté du 13 août 2014 (en anglais) : http://www.independent.co.uk/news/people/news/vicky-beeching-star-of-the-christian-rock-scene-im-gay-god-loves-me-just-the-way-i-am-9667566.html

 

- L'interview télé sur Channel 4 : https://www.youtube.com/watch?v=5GivMLlmeAU&list=UU0yNSM17Gf74Qe02Z44S4fQ

 

- La vidéo-confession de Vicky Beeching : http://www.theguardian.com/commentisfree/video/2014/aug/19/christian-singer-vicky-beeching-gay-american-evangelical?CMP=twt_gu

 

- Commentaire de Peter Ormond du Guardian : "Pourquoi le coming-out de VB est-il si important ?" http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/aug/18/vicky-beeching-coming-out-matters-christians?CMP=twt_fd

 

- Liens divers concernant le coming-out sur le site de Vicky Beeching : http://vickybeeching.com/lgbt/  

 

- une chanson de Beeching : http://youtu.be/waeWPa4gAig

 

 

Et aussi concernant Jennifer Knapp :- Jennifer Knapp interviewée par Larry King Live en 2010 : https://www.youtube.com/watch?v=2xDWc7SvBOA&list=PL23481BD39D7334A5

#VickyBeeching #coming-out

 

 

Précédent

Rechercher

© 2015 Tous droits réservés.